Accueil

Itinéraires

Liens

Contact

Annuaire

Statistiques

 

 

LYON PRATIQUE

 

T.C.L.

Cinémas

Restaurants

Pistes cyclables

Evènements Divers

 

LYON EST

 

St Denis en Bugey

Sault-Brenaz

Amblérieu

La Balmes les Grottes Hières sur Amby

Vernas

Crémieu

Sablonnières

Trept

St Hilaire

Frontonas

St Pierre de Chandieu Miribel

Longenières

Moras

Moraize

Jons

Cascade du Luizet

Optevoz

Chozeau

Loyettes

Asnières

 

LYON OUEST

 

St Genis les Ollières

Pollionay

Montromant

Ste Consorce

St Maurice/Dargoire

Charbonnières

Craponne

Brignais

St Cyr au Mont d' Or

St Martin en Haut

Yzeron

Vaugneray

Col de la Luère

 

LYON NORD

 

Albigny/Saône

Collonges/Mt d'Or 1

Collonges/Mt d'Or 2

Poleymieux/Mt d'Or 1

Poleymieux/Mt d'Or 2

Chasselay

Couzon/Mt d'Or

Curis/Mt d'Or

Limonest

St Didier/Mt d'Or

St Germain/Mt d'Or

St Romain/Mt d'Or

St Jean des Vignes

Le Bois d' Oingt

Cublize

Anse

Ternand

Beaujolais

La Croix du Fou

Sermoyer

Chatillon/Chalaronne

 

LYON SUD

 

Vernaison

Vernéa

St Andéol le Château

St Sorlin

La Font du Loup

Rochetaillée (Loire)

Vallon de Combau

Condrieu (Arbuel)

Condrieu (lônes)

Condrieu (Pont romain)

Riverie

 

VOIES VERTES

 

Cercié

Belleville

 

LE PILAT

 

Chapelles Pilat

L'Ile du Beurre

Les Trois Dents

Le Gouffre d' Enfer

Les Roches de Marlin

Le Bois de Panère

Le Crêt de Chaussitre

Le Col du Planil

 

VTT

 

Col de Malval

Pelussin

Crémieu

St Jodard (Loire)

Villerest (Loire)

Col de La Croix Régis

 

CYCLOTOURISME

 

La route de la rigotte

La boucle des Sapins

Saint-Vincent

Le col de Crie

 

RANDOS RAQUETTES

 

Apremont (Ain)

 

LA DOMBES

 

Autour des Etangs

Clémentiat

Baneins

Biziat

Chaneins-Valeins

Chanoz-Châtenay

Chaveyriat

Autres circuits

 

LES GORGES DE LA LOIRE

 

Chambéon

Chambles

Villerest (Loire)

 

VIA FERRATA

 

Pont du Diable

 

VAL DE SAONE

 

Les Grandes Terres

St Georges de Reneins

 

DIVERS

 

Le Mont Myon (Ain)

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 


 

 

 

 

Album Photos

Carte des environs de Lyon

Proposer une balade

Associations

Vos Pages persos

 

 

Rechercher une balade

 

En Rhône-Alpes

 

 

En France

 

BLOGS LYONNAIS

 

Carnets de voyage

Dans le nid du hérisson

LYonenFrance

Les tribulations d'une lyonnaise...

Et une pincée de...

Cliente N°69

Chamallowblog

 

 

DOCUMENTS A TELECHARGER

 

Acrobat Reader (gratuit)

Pour lire les documents

 

Plans des pistes cyclables :

- Lyon/Villeurbanne

- Agglomération

La carte des berges du Rhône

 

Guides

- Bons plans du Rhône

- Le Beaujolais

 

 

SORTIR

 

Le Théâtre de la Croix Rousse

Le Théâtre Nouvelle Génération

Le Théâtre des marronniers

Le Théâtre des Ateliers

Le Théâtre des Célestins

Les Subsistances

Opéra de Lyon

 

LYON

 

Fourvière

Balade urbaine

 

TRABOULES

 

Rue du Boeuf

Rue des Trois Maries

Rue St Jean

Rue St Georges

Place du Gouvernement

Cathédrale St Jean

Rue Sainte-Croix

Quartier du Change

Eglise St Paul

 

MUSEES

 

Musée de la Résistance

Musée Gadagne

Musée des Miniatures

Musée de l' Imprimerie

Musée Tony Garnier

Musée de l' Automobile

Musée Lumière

Musée d' Arts Contemporains

Muséum

Musée des Automates

Musée des Tissus

 

SITES TOURISTIQUES

 

Aquarium de Lyon

Palais du facteur Cheval

La Vallée Bleue

Mini Train des Mts Lyonnais

 

PARCS ANIMALIERS

 

Parc des Oiseaux

La ferme aux crocodiles

La ferme de Panissières

Château de Moidière

St Martin la Plaine

Les Aigles du Leman

Peaugres

 

VILLAGES TOURISTIQUES

 

Pérouges

Bagnols en Beaujolais

Serves sur Rhône

Riverie

La Chapelle-en-Lafaye

Montarcher

 

CHATEAUX

 

Château de Montrottier

Château de Ripaille

Château de St Victor/Loire

Château de Virieu

Château des Roure

Fort l' Ecluse

Château de Jarcieu

 

WEBCAM

 

Crédit Lyonnais

 

LIENS UTILES

 

La météo du massif du Jura, enneigement et webcams

Tourisme en Rhône-Alpes

Lyonweb

Location vacances Lyon

Office du Tourisme de Lyon

Grand Lyon

 

  partenariat-faaroo
 
créer un site internet

 

 

 

 

 

 

 

Des idées pour ce week-end  >> cliquez ici

 

 

 

 


QUARTIER DES CHANGEURS


 

| plan | lexique | imprimer la fiche |

 

 

 

Le roi Louis XI prit soin de la prospérité de Lyon. Pour satisfaire ses besoins financiers forts grands, il désirait une ville riche dont il pourrait taxer les banquiers et les habitants à sa convenance. Ville charnière de l'Europe, Lyon fut choisie pour son emplacement et ses capacités commerciales. En 1462, le roi confirma les trois foires annuelles créées en 1422 par son père Charles VII et en autorisa une quatrième en 1463. Les foires duraient quinze jours et étaient exonérées de droits. De renommée internationale, elles attiraient les riches marchands de Bourgogne, Lorraine, Allemagne, Suisse, Savoie, Italie et Espagne. Les grands banquiers italiens (Médicis, Grimaldi, Gondi, Guadagni) se mêlèrent aux banquiers lyonnais. Séjournant souvent à Lyon, ils finirent par s'y installer, apportant richesse et culture.

Spécialisée dans la vente de toiles, soieries, tissus d'or et d'argent, cuirs, métaux et armes, Lyon avait aussi le monopole de la vente des épices d'Orient qui arrivaient par bateaux en remontant le Rhône et la Saône. Louis XI avait aussi l'ambition d'en faire le centre de fabrication des tissus d'or et de soie, monopole des Florentins. Le projet échoua par méfiance des commerçants. Ainsi fut retardée la naissance de l'industrie de la soie qui rendit la ville célèbre dans le monde entier soixante-dix ans plus tard, sous François 1er (roi de 1515 à 1547).

4 Place du Change

Lyon devint, grâce à lui, la première place financière d'Europe. Il aimait résider à Lyon avec sa Cour ; il avait même songé à en faire la capitale de son royaume. La mort accidentelle de son fils le fit changer d'avis. Bien que plus petite, cette place servait déjà de lieu de commerce et de change au XIIIè siècle.

 

4 Loge du Change

 

 Jusqu'en 1653, aucun bâtiment officiel n'était prévu pour les changeurs : tout se passait soit dans la rue, soit dans les maisons alent

our. A cette date, une première "loge" fut construite avec un portique à quatre arcades et un étage bas. Jugée trop petite en 1747, on demanda à Soufflot d'en refaire une autre. Il se contenta de l'agrandir en rajoutant une arcade au rez-de-chaussée dans le même style. Ainsi se marient sans problème ces cinq arcades rythmées par des pilastres doriques surmontés d'un entablement à triglyphes. L'étage supérieur fut entièrement refait : des colonnes engagées de style ionique cette fois, ornaient la façade et les côtés. Elles étaient surmontées d'un entablement dorique et au sommet, deux horloges encadraient le blason du roi. Blason et horloges furent supprimés à la Révolution. Achevée en 1750, la loge servit peu. A la Révolution, en 1794, elle servit de salpêtrière (fabrique de poudre) et en 1803, la ville la céda aux protestants.

 

Elle subit alors des modifications : les escaliers d'angle furent remplacés par un seul au milieu par Dardel (1831) et les arcades furent fermées par Desjardin (1856). Les armes de la ville avaient déjà remplacé celles du roi.

 

 

N°2 : Maison Thomassin

 

     C'est une des plus anciennes du quartier. De celle construite à la fin du XIIIè siècle, il ne reste qu'une pièce à plafond peint avec les armoiries de Saint-Louis, de sa mère et des Fuers, propriétaires. C'est Claude Thomassin qui la fit reconstruire en 1493 dans un style gothique. Notez, au premier étage, les fenêtres à meneaux sous une frise ornée de signes du zodiaque. Au second, les baies sont jumelées et leurs meneaux agrémentés de deux arcs trilobés, eux-mêmes surmontés d'un large arc ogival. Au centre de cet arc sont sculptés les blasons du Dauphin (poisson), du roi de France Charles VIII (fleurs de lys) et de la reine Anne de Bretagne (l'hermine). Le dernier, à droite, a été rajouté au XIXè siècle.

 

     Suivre la rue de la Loge jusqu'à la rue Juiverie.

Les Juifs ayant leur synagogue juste au-dessus, ils étaient nombreux à habiter dans cette rue. Un édit de Charles VI les expulsa de France en 1394 mais la rue à gardé le nom. Leurs maisons furent remplacées par celles des banquiers venus d'Italie. Réceptions, fêtes et tournois s'y succédaient. 40 blasons, posés en 1993, rappellent les échevins de 1294 à 1788.

N° 22 : Maison Baronnat

     Riches bourgeois parvenus à la puissance et à la noblesse, les Baronnat vécurent ici de 1446 à 1538. Au premier étage, des culots sculptés de figurines ornent la retombée des lamiers. Il en est de même à l'arc de la porte. A l'angle, une charmante tourelle est en encorbellement.

N° 23 : Maison des Têtes de Lions

Quand elle fut construite en 1647, c'était un des plus beaux palais du Vieux-Lyon. Admirez sa longue façade à bossage en pierre grise, les arcades en plein cintre du rez-de-chaussée, les meneaux plats, typiquement XVIIè siècle et les quinze têtes de lions sculptées. Les écuries étaient au fond de la cour : notez le puits à double accès. L'escalier dit " à la française" est magnifique. Le noyau est semi-circulaire mais les volées sont droites. Les ouvertures sur rampants sont supportées par des colonnes au centre et de chaque côté.

N° 20 : Construite en 1493 pour un gentilhomme du Duc d'Orléans, cette demeure a des fenêtres à meneaux à double traverse au premier étage. Les croisées d'ogives de l'allée retombent sur des culots sculptés de feuillage ou d'animaux fantastiques. A pans coupés, la tour loge l'escalier à vis qui conduit aux galeries. En 1576, Pierre Duxio, riche marchand italien, l'achète et fait apposer son blason dans la cour. Il est sculpté d'un personnage assis sur un trône portant un grand duc agrippé à une branche.

4 La ruelle punaise

Elle servait à la fois d'égout à ciel ouvert et de raccourci, grâce à des marches scellées sur un côté.

N° 21 :  Aux deux premiers étages, une série de fenêtres à meneaux plats est surmontée d'un fronton cintré dans lequel est une corbeille de fleurs ou fruits. Du début du XVIIè siècle, l'escalier semi-circulaire est porté au centre par une colonne massive. Les larges balustres de pierre formant le garde-fou des galeries sont très rare. Au pied de l'escalier, notez le puits en pierre grise avec son dais au-dessus.

N° 10 : Refaite en 1619, cette façade possède un imposant rez-de-chaussée à cinq grandes arcades portées par des piliers et surmontées de frontons brisés en marbre noir. La maison est beaucoup plus ancienne : on y a découvert un somptueux plafond à caissons de bois datant de 1490

N° 8 : La galerie Philibert Delorme

Né à Lyon en 1510 et mort à Paris en 1570, il fut le plus grand des architectes de la seconde renaissance en France. C'est à lui qu'on doit la façade des Tuileries commandée par Catherine de Médicis et le château d'Anet construit pour Diane de Poitier, favorite d'Henri II. Après un séjour de trois ans à Rome, il construisit cette galerie pour Antoine Bullioud. Ce fut son premier chef-d'oeuvre (1536). Pour y arriver, il faut suivre l'allée voûtée d'ogives et passer une première cour avec un puits dont seul le dais et son blason sont d'époque. Passionné d'art antique, il s'inspire des monuments romains pour créer cette galerie qui devait réunir deux bâtiments sans gêner la cour et sans démolir le puits existant. Il créa donc, au second étage, une longue galerie reliant deux cabinets supportés par des trompes. Nouveauté en France en 1536 : la superposition des arches à l'antique. Ainsi peut-on voir au premier niveau, une corniche avec un décor de triglyphes alternant avec les métopes ornées de bucranes (tête de boeuf stylisé) et de fleurs, tandis qu'au second plan, Philibert Delorme a employé l'ordre ionique avec chapiteaux à volutes. A l'intérieur, la galerie est décorée de peintures murales et de devises latines.

N° 7 : Datant de 1493, la façade a conservé ses fenêtres à meneaux formés de colonnettes. Au-dessus de la porte, l'arc ogival porte le blason et se termine sur des culots sculptés de figurines. L'allée est remarquable avec sa voûte sur croisées d'ogives retombant sur des culots ornés d'animaux fantastiques à têtes d'hommes.

N° 4 : Acheté en 1546 par François Grollier, secrétaire de François 1er, cet imposant bâtiment devait avoir fière allure. Hélas, en 1863, la partie qui fermait la cour fut démolie pour agrandir la montée Saint-Barthélémy.

Sa façade sur la rue (n°6) a été refaite en 1734 avec de grandes arcades et un portail à fronton. C'est en montant les marches du N°4 qu'on peut admirer l'exceptionnelle spirale de l'escalier à vis tournant autour d'un noyau de taille inhabituelle. Sur trois niveaux superposés, les galeries sont à arcades en plein cintre et portées par des colonnes massives. Sur la gauche, vous remarquerez la niche Renaissance sous un fronton brisé porté par des pilastres sur consoles. Sur la droite est une statue d'Henri IV dont on ignore l'origine. Du puits, il ne reste que la pompe à volant et la vasque qui ne datent que du XVIIè siècle.

Traversez la place en direction de la rue Saint-Paul.

 

 

 

 

Nous vous proposons gratuitement

 

Devenez rédacteur !

Vous êtes passionné par Lyon, par son histoire, etc...,  vous aimeriez faire partager vos connaissances sur des sujets en rapport avec cette ville, envoyez nous un "papier" nous le mettrons à la "Une".

 Ecrire un article

Le blog de la semaine

 

Votre blog sur lyon-evasion

inscrivez votre blog

Associations

Pages personnelles

 

Lyon-evasion met à votre disposition une page web à partir de son site...

 

Plus de détails > Associations

Plus de détails > Pages persos

Positionnement et Statistiques Gratuites

 

 

Conformément à la loi n° 78-17 du 06.01.78, vous pouvez à tout moment exercer un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des informations vous concernant. Il vous suffit de nous adresser un courrier  par Email.