LYON VELO  , association loi 1901,

            http://lyon-velo.org contact@lyon-velo.org réunit des cyclistes de Lyon et de ses environs qui souhaitent

C’est une organisation décentralisée (quartier, arrondissement, commune) et une ambiance détendue, au besoin studieuse, pour construire un monde plus efficace et plus sain.

LYON VELO organise :

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Bulletin d’adhésion                                                                                            Année : 2009-2010

Nom : …………………..…………………  Prénom : …………….……………………………..

Adresse : ………..………………………………………………………………………………….    …………..   ……………………………….

Adresse électronique :…………………….………………………………………

Téléphone :………………………………..

Commentaires :…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Adhésion individuelle : 5€ (plus 5€ pour les randonnées cyclotouriste en cas d’absence d’assuran-ce propre) : chèque à l’ordre de LYON VELO, 53 rue d’Anvers, 69007 LYON   Tél. : 04 78 72 36 25  Courriel à : contact@lyon-velo.org ou lyon.velo@fubicy.org - http://lyon-velo.org

Le vélo est un outil fabuleux pour se déplacer en ville, efficace, durable et agréable : pas de bruit, pas de pollution, rapide, peu encombrant, économe, sans doute trop dangereux mais cependant peu dangereux, bénéfique pour la santé du cycliste, de tous et de la planète. LYON VELO veut un réseau cyclable cohérent, continu, plus sûr, lisible, et intervient auprès des élus et des techniciens de nos collectivités. LYON VELO ne demande pas des travaux pharaoniques, mais veut l’entretien, l’amélioration et l’extension de ce qui existe dans un délai raisonnable :

·        Des pistes cyclables (en site propre) permettant aux familles, aux enfants et aux plus craintifs ou réalistes de se déplacer avec plus de sécurité, notamment des double-sens cyclables sécurisés entre un trottoir et des voitures en stationnement : les cyclistes sont protégés par les voitures stationnées et font face aux portières qui s’ouvrent, et les automobilistes voient arriver les cyclistes ; ces double-sens ne suppriment pas de place de stationnement et sont peu onéreux (voir boulevard Anatole France à Lyon 6ème).

·        Un double-sens cyclable pour chaque rue à sens unique (sauf exception justifiée) marqué aux entrées de la rue et au sol par des pictogrammes (voir rue Jacquard à Lyon 4ème) et, si la largeur est suffisante, sécurisé par au moins une bande blanche. Les piétons ne sont pas astreints aux sens interdits ; semblablement, à l’époque du Grenelle de l’environnement, encourageons les cyclistes en raccourcissant les distances et apaisons la circulation.

·        Les couloirs de bus autorisés aux cyclistes (mais seulement dans le sens autorisé, leur utilisation à contresens devant être verbalisée, et d’au moins 4m50 pour un couloir fermé) ; des voies de tramway autorisées comme à Genève.

·        Des bandes cyclables (simple marquage de lignes discontinues) permettant aux cyclistes de remonter dans les embouteillages sans louvoyer entre les autos, jusqu’aux lignes d’effet des feux et aux sas vélos, mais dans lesquelles les cyclistes doivent se garder de frôler les voitures en stationnement et dans lesquelles ils restent à la merci d’automobiles qui doublent à moins du mètre réglementaire.

·        Davantage de zones 30 et de zones de rencontre (à 20km/h) aux entrées et sorties des écoles, à l’intérieur des quartiers, quand la largeur de la voie est inférieure à 3 m 50 ...

·        Un stationnement possible : des attaches et mieux des aires couvertes et sûres, aux abords des gares et des stations de transport collectif, aux portes des entreprises, lieux publics, écoles, collèges et lycées, stades, postes, mairies …, dans les zones de chalandise et les immeubles.

·        Plus d’ateliers pour l’auto-entretien et la réparation, plus de vélocistes et de location longue, des cycles à pédalage assisté pour la Croix-Rousse, Fourvière, Caluire, Sainte-Foy …,

·        Des transports collectifs plus accessibles aux vélos.

·        Un code de la rue déclinant le principe de prudence du plus fort vers le plus vulnérable.

·        Une autorisation aux cyclistes de tourner à droite au feu rouge dans la mesure où cela ne gêne pas les piétons et la circulation, comme expérimenté à Bordeaux et Strasbourg.

·        Une signalisation qui soit une invite à la responsabilité, à la cohabitation, à la vigilance, à l’obligation de prudence du plus fort vis-à-vis du plus faible, à la découverte, à l’indépendance.

·        Des plans de déplacement d’entreprise, d’administration ou d’universités prenant mieux en compte le vélo.

·        La promotion par l’exemple de ceux qui nous dirigent, des campagnes de communication pour le partage de l’espace public, le respect de la réglementation et notamment du mètre de sécurité pour dépasser (1m50 à la campagne), le port de vêtements réfléchissants, l’éclairage, la prévisibilité de ses mouvements, l’obligation d’apprendre le vélo à l’école.

 

Coût des politiques cyclables de Bordeaux, Grenoble et Strasbourg : environ 10 € par an et par habitant (1,80 € à Lyon). Coût d’un mètre de double-sens cyclable : environ 2 €.

4 rues avec double-sens cyclable à Lyon, mais 120 à Bordeaux, près de 200 à Strasbourg.

 

 

 

Positionnement et Statistiques Gratuites